Conduite accompagnée et conduite supervisée : quelles différences ?

A première vue vous pourrez penser que la conduite accompagnée et la conduite supervisée sont deux méthodes d’apprentissage tout à fait similaires. Et bien, si leur but est le même, à savoir permettre de conduire avec un proche accompagnateur avant l’examen du permis de conduire, il existe tout de même quelques différences.

Nous allons voir les différences qui existent entre la conduite accompagnée et la conduite supervisée.

A qui s’adresse la conduite accompagnée et la conduite supervisée ?

Conduite accompagnée

Aussi appelée apprentissage anticipé de la conduite (AAC), la conduite accompagnée peut être mise en oeuvre à partir de 15 ans (âge minimum requis pour passer le code de la route, contre 17 ans pour un apprentissage classique).

Après avoir obtenu son code de la route, le candidat peut débuter l’apprentissage avec un instructeur pour ensuite, si il est prêt, conduire avec un proche.

Il pourra ensuite passer son permis dès ses 17 ans et demi et conduire à partir de 18 ans.

Conduite supervisée

Pour les candidats qui ont choisi la conduite supervisée, ils doivent attendre leurs 17 ans pour passer le code de la route.

Il doit également suivre une formation de conduite avec un instructeur afin d’obtenir l’autorisation de conduire avec un proche.

Les différences dans la formation

Les deux méthodes d’apprentissage reposent sur un socle commun, cependant quelques différence se trouvent dans la formation.

Quelle que soit la méthode choisie, une formation initiale est obligatoire avant que le candidat au permis de conduire puisse conduire avec un accompagnateur.

L’obtention du code de la route et une formation d’au moins 20 heures avec un moniteur d’auto école sont obligatoires.

La différence entre la conduite accompagnée et la conduite supervisée porte sur l’âge auquel le candidat peut réaliser cette formation initiale, comme expliqué plus haut.

Une autorisation de l’auto-école accompagnée d’une évaluation positive du moniteur sont également obligatoires pour choisir la conduite accompagnée ou supervisée.

Cela sera alors mentionné sur son attestation d’inscription au permis de conduire, papier qu’il doit obligatoirement avoir sur lui lorsqu’il conduit en plus de sa pièce d’identité.

Sans oublier que l’accord de l’assureur est aussi une prérogative au démarrage d’une conduite accompagnée ou supervisée.

Je m’inscris gratuitement

Les particularités de la conduite accompagnée

Si vous optez pour la conduite accompagnée, il faut savoir que celle-ci est soumise à une durée et une distance minimum obligatoire. Ainsi, une fois la formation avec un moniteur d’auto-école effectuée, l’élève doit parcourir avec son accompagnateur au moins 3000 km au total pendant au moins 1 an.

L’accompagnateur devra également rencontrer le moniteur d’auto-école afin de faire le point sur les compétences à travailler durant toute la période de conduite accompagnée.

Sont ensuite organisés 2 rendez-vous pédagogiques qui permettent de suivre la progression de l’élève et de préparer sa présentation à l’examen du permis de conduire.

Enfin, on peut dire que la conduite accompagnée s’adresse surtout aux élèves qui souhaitent profiter d’un apprentissage anticipé de la conduite. C’est sans aucun doute une méthode d’apprentissage qui offre de nombreux avantages.

Les avantages de la conduite accompagnée et supervisée

Que ce soit en conduite accompagnée ou en conduite supervisée, on y trouve des avantages non négligeables quand on est un candidat au permis de conduire.

  • Un apprentissage efficace et économique

Contrairement à la formation traditionnelle à la conduite, la conduite accompagnée et la conduite supervisée permettent à l’élève de prendre ses marques, d’acquérir une certaine confiance en soi ainsi que de l’expérience au volant.

En effet, pendant la période de conduite accompagnée ou de conduite supervisée, l’élève rencontre un certain nombre de situations qui peuvent ne pas se présenter durant les heures de formation en auto-école.

On peut aussi dire que l’apprenti conducteur se présentera à l’examen du permis de conduire avec plus de pratique.

C’est donc aussi une formation économique car les candidats maximisent leurs chances de réussite à l’examen du permis de conduire.

  • Les avantages une fois le permis de conduire en poche

Faire assurer sa voiture en tant que jeune conducteur peut coûter assez cher et cela même si vous choisissez l’assureur de la famille.

Mais en choisissant la conduite accompagnée, l’assurance peut proposer des tarifs avantageux.

Autre avantage non négligeable est la période probatoire. Pour la conduite accompagnée, la période probatoire après obtention du permis est fixée à 2 ans. En ce qui concerne la conduite supervisée, la période probatoire reste la même qu’une formation classique à savoir 3 ans.

L’accompagnateur en conduite accompagnée ou supervisée

En ce qui concerne l’accompagnateur, que ce soit en conduite supervisée ou en conduite accompagnée il n’y a pas de différence, les critères sont les mêmes.

Le proche accompagnateur doit être titulaire du permis B depuis au moins 5 ans sans interruption ( c’est-à-dire sans annulation ni suspension de permis de conduire). Il faut également que l’assureur soit informé que le véhicule servira à la formation en conduite accompagnée ou supervisée.

Enfin, l’accompagnateur doit signer un contrat avec l’auto-école.

À noter qu’un élève en conduite accompagnée ou en conduite supervisée peut être formé par plusieurs accompagnateurs. Cela peut-être un parent ou un ami proche du moment qu’il respecte les critères imposés.

Je m’inscris gratuitement